Bascons Comuna de Gasconha

Bascons Comuna de Gasconha

l'église

Bascons Comuna de Gasconha est l’indication que l’on peut trouver sur des panneaux de signalisation mis en place aux entrées du village. Cela signifie en langue gasconne : « Bascons, Commune de Gascogne ».

La lecture de cette indication figurant sur des panneaux mis en place aux différentes entrées de notre commune aura, peut-être, eu le don de vous interpeller en ces termes ...

Voici donc quelques explications qui, bien que sommaires, apporteront néanmoins réponse à ce questionnement.

C'est après intervention d'associations et inspiration de quelques-uns de nos Conseillers généraux, que le Conseil Général des Landes a décidé d'offrir aux communes qui en manifesteraient le désir (et à l'image de certaines de leurs consœurs Béarnaises ou Bigourdanes), des panneaux indicateurs de leur nom patronymique, rédigés en graphie gasconne.

La commune de Bascons, fière de ses racines occitanes, lieu où les traditions restent toujours bien vivantes ( deux arènes, musée de la course landaise, théâtre gascon ...) a tout de suite souscrit à cette idée et s'est donc vue dotée des panneaux en question. Mais pour être mieux à même de comprendre le sens de cette démarche faudrait-il peut-être consentir à faire un retour sur le passé et sur l'histoire de cette langue gasconne encore comprise, à l'heure qu'il est, par 72 % des personnes et parlée couramment par plus de 30 % dans les Landes, le Gers, le Béarn et la Bigorre.

Quoi qu'on en pense ou quoi qu'on en dise, le gascon est - et ce depuis toujours - une véritable langue et non un quelconque "patois" destiné à "parler aux vaches" ... notion qu'on a toujours tenté de nous inculquer, notamment en période scolaire ( les choses ont bien évolué depuis puisque le Gascon peut être choisi comme deuxième langue au Bac et développé en université pour déboucher sur un professorat ad'hoc...)
Le Gascon fait partie de l'Occitan (ou langue d'Oc) et a constitué au Moyen Age, une grande langue de civilisation. La frontière septentrionale de l'Occitanie n'a guère varié depuis lors : il s'agit d'une ligne qui part de la Gironde, remonte au nord pour englober le Limousin et l'Auvergne et qui s'infléchit vers le sud-est pour atteindre la frontière italienne au Nord de Briançon.

Cet ensemble présente trois grandes aires dialectales : le Nord occitan (Limousin, Auvergnat, Alpin), l'Occitan moyen qui est le plus proche de la langue médiévale (Languedocien, Provençal) et le Gascon ( à l'Ouest de la Garonne) avec une percée en Espagne (Val d'Aran).

La culture gasconne a été, sans conteste, la plus riche de l'Histoire de France. Cette langue des Troubadours était parlée dans toutes les cours d'Europe alors que le Français (dialecte de Paris) ne l'était que par un roi, peu obéi de ses sujets, régnant sur quelques arpents de terre d'Ile-de-France.

Il faut, pour l'exemple, savoir qu'à l'époque (1150-1220) Raimond VI, comte de Toulouse et le roi Pierre II d'Aragon échangeaient de la correspondance en vers (et en occitan) alors que le roi Philippe- Auguste était parfaitement illettré.
Bien avant cela, Aliénor d'Aquitaine, Richard Coeur de Lion, le Comte de Poitiers s'exprimaient eux aussi en cette langue, tout comme, par la suite, Lahire, Henri de Navarre ou autres d'Artagnan pour ne citer que des personnages les plus connus de leur époque. Troubadours et poètes étaient légion : Frédéric Mistral fut, sinon le plus grand, du moins le plus connu ... Qui s'est penché sur l'histoire de nos Landes aura sans doute fait la connaissance d'Isidore Salles, Emmanuel Delbousquet et autres Félix Arnaudin ou Bernard Manciet ....

Cette langue fut supplantée par le Français (patois de Paris) déclaré langue officielle et obligatoire (déjà l'hégémonie parisienne gagnait tout le pays .... cela a peu changé depuis ....)
Mais depuis le Félibrige (1854), la langue d'Oc (dont le Gascon) a connu une renaissance spectaculaire qui se confirme de plus en plus actuellement dans l'affirmation d'une conscience régionale en plein développement (théâtre, bals, orchestres, danses sont remises au goût du jour) avec notamment l'ouverture de Calandrétas (écoles où on apprend la langue) à Montfort-en-Chalosse, Labouheyre, Biscarrosse et, très bientôt, à Geaune ... Plusieurs livres ou méthodes auto-didactiques occupent désormais les rayons des libraires (par exemple à Grenade-sur-l'Adour).

Autant de signes indicateurs de l'engouement de plus en plus vif d'un public vis-à-vis de cette langue ancestrale, toujours bien vivante en dépit des coups qui lui furent, pendant trop longtemps, assénés.
Donc "Bascouns Comuna de Gasconha" ? Oui, aussi bien géographiquement, qu'historiquement ou de par sa volonté de ne rien renier d'un passé riche d'une aussi brillante culture.
Oui, "Bascouns Comuna de Gasconha" et surtout fière de l'être !

Bascons, lieu de traditions gasconnes aussi identitaires que la Course Landaise (Musée, arènes…) est restée fidèle à ses racines occitanes.

La langue gasconne fait partie de l’Occitan (ou langue d’Oc) qui n’est ni un patois, ni un dialecte, mais une véritable langue enseignée à l’université.

C’était la langue des Troubadours et elle fait partie de cette culture gasconne qui a été la plus riche de l’Histoire de France.

Elle était parlée dans toutes les cours d’Europe alors que le Français (dialecte de Paris) ne l’était que par un Roi, peu obéi de ses sujets, régnant sur quelques arpents de terre d’Ile de France.

Donc « Bascons Comuna de Gasconha » ? oui, aussi bien géographiquement qu’historiquement ou de par sa volonté et sa fierté de ne rien renier d’un passé riche d’une aussi brillante culture.

Tags: bienvenue bienvenue

Localisation